Je travaille dans...

Continuer

Votre contenu est adapté en fonction de votre type d'entreprise

Bart Belmans * Sanguisorba * Ranst

Bart Belmans * Sanguisorba * Ranst

Lors de ses battles, il incite les chefs à découvrir de nouveaux horizons. Maraîcher dans l’âme, Bart Belmans représente depuis longtemps une source d’information et d’inspiration pour de nombreux cuisiniers. Dans son potager sauvage à Ranst, au sud d’Anvers, il invite les chefs à sélectionner eux-mêmes leurs produits. De temps à autre, il organise sous tente des séances culinaires expérimentales avec démonstrations professionnelles. En outre, il a récemment construit un bâtiment abritant une cuisine professionnelle dans son potager.

« J’invite souvent des chefs à y organiser, pour un public restreint, un atelier de cuisine créative à base de légumes moins connus », explique Bart. Durant ses battles, il incite les chefs à découvrir de nouveaux horizons en utilisant les graines, les fleurs, la moelle ou les tiges de plantes volontairement germées. « Ils appliquent diverses techniques générant des interactions entre mes légumes et leur vision et leur créativité. D’ailleurs, nous ne nous cantonnons pas aux
légumes mûrs : nous étudions aussi leurs possibilités durant leur première phase de croissance. Je m’occupe de la partie botanique alternative, le chef de l’aspect culinaire. »

Kris De Roy * Hofke Van Bazel * Bazel

Kris De Roy * Hofke Van Bazel * Bazel

À 500 mètres à peine de son restaurant à Bazel, Kris De Roy occupe 0,6 ha de terres appartenant à Waterwegen en Zeekanaal. L’organisme a mis cette parcelle résiduelle à disposition du chef à condition qu’il lui donne une fonction pédagogique et écologique. « Le terrain possède une seule pente, ce qui est mauvais pour l’évacuation des eaux », explique le chef. « Nous avons dû le remblayer et creuser des fossés tout autour pour favoriser le drainage. Ce faisant, nous avons créé une délimitation naturelle. Nous avons, par ailleurs, dû effectuer une analyse du sol afin d’optimiser celui-ci. Enfin, il a également fallu aérer la terre. »

Le chef se montre très précis à propos de ce qu’il compte cultiver : « Nous allons nous concentrer, non pas sur les oignons, les carottes et les pommes de terre, mais sur les mini-légumes, les salades délicates, les choux, les petits fruits, et même les agrumes. » Kris De Roy cultive environ 80 herbes aromatiques qui suffisent à sa consommation. D’ici l’été prochain, il espère disposer de quelque 120 variétés de légumes qui combleront environ 80 % de ses besoins.

Arabelle Meirlaen * Arabelle * Marchin

Arabelle Meirlaen * Arabelle * Marchin

La cuisine intuitive d’Arabelle met à l’honneur les légumes, les saveurs et le bien-être. Cela fait maintenant cinq ans que le chef Arabelle Meirlaen cultive des légumes, des fruits, des herbes et des fleurs dans le jardin de son habitation, qui abrite aussi son restaurant éponyme depuis 2013. « Je tiens à être autonome pour l’approvisionnement de certains produits et je veux pouvoir profiter en famille d’un beau jardin et de savoureux produits durant mes congés », déclare madame le chef. En privilégiant la biodiversité, elle peut travailler sans pesticides. Et ça fonctionne ! « Lors de l’aménagement du jardin, je n’ai pas suivi de règles

Son objectif rejoint sa cuisine intuitive mettant à l’honneur les légumes, les saveurs et le bien-être. Son jardin produit de 300 à 350 variétés, parmi lesquelles des plantes maritimes atypiques de la région. « Mon jardin me permet aussi d’utiliser les graines, les pousses et les tiges des légumes. Sans compter que le jardinage, c’est ma façon à moi de me détendre. »