Je travaille dans...

Continuer

Votre contenu est adapté en fonction de votre type d'entreprise

Chaque année, environ 70% de la consommation mondiale d'eau est destiné à l'agriculture. Au vu de ces quantités considérables et de l’imprévisibilité de la météo, il est très dur d’assurer avec fiabilité l’approvisionnement en eau des fermes. Plus que jamais, alors que notre climat évolue, il est important de rechercher de nouveaux moyens pour économiser l'eau. Heureusement, les agriculteurs des Fermes Modèle Knorr ont plus d’un tour dans leur sac.

Les fermiers savent doser avec justesse la quantité d'eau nécessaire pour permettre aux aliments qu’ils cultivent de donner le meilleur de leurs saveurs. Pour déterminer cette juste dose, de nombreux fermiers font désormais appel à des compteurs pour mesurer la quantité d’eau actuellement présente dans le sol ainsi que la quantité nécessaire à fournir. En Turquie, l’un de nos cultivateurs d'origan a réussi à doubler sa production en réduisant la quantité d'eau utilisée, ce qui prouve qu'une agriculture pensée et raisonnée peut apporter des avantages non négligeables.

Les fermiers Knorr ont développé des techniques évoluées pour tirer le meilleur profit de chaque goutte d’eau. Nous citerons ici la micro-irrigation, qui donne aux plantes la quantité exacte d'eau dont elles ont besoin pour produire des légumes savoureux et de qualité. En réalité, cette technologie fut d'abord développée dans les déserts d'Israël, là où les fermiers ont pour mission de conserver avec soin chaque goutte d'eau.

Le directeur de l'agriculture durable Knorr, Andrea Granier, est convaincu que l'irrigation est un critère essentiel qui détermine le goût final des légumes; « Nous évaluons avant tout nos légumes en fonction de leur saveur, c'est pourquoi nous les arrosons de manière à ce qu'ils soient aussi doux et savoureux que possible à l'arrivée de la récolte. Si nos tomates sont si savoureuses, c’est en partie lié au fait que les champs dans lesquels elles sont cultivées, ne sont pas arrosés la semaine précédant leur récolte. Par ailleurs, moins les cultures récoltées contiennent d'eau, plus elles sèchent rapidement, ce qui constitue un avantage non négligeable.»